L’Optimisme

MAIS POURQUOI PARLER D’OPTIMISME?


Je suis face à des parents épuisés moralement et physiquement qui ne s’en sortent plus.  

Et puis je discute avec des professionnels éreintés.. Parfois même écœurés.. Qui ont perdu la joie dans leur métier. 

Enfin, il y a les enfants qui sont des éponges et qui  ont besoin d’être entourés de gens qui vont bien, qui s’accrochent.. Ils n’ont pas à porter les difficultés des adultes.

Être optimiste ne résout pas tout mais ça aide grandement !

C’est prendre conscience que ça coince mais ça aide à se dire: Ok je vais prendre un autre chemin, je vais tenter autre chose, je vais m’accrocher et je vais être tenace. Et surtout je vais prendre du recul.

Alors c’est loin d’être facile de tendre vers l’optimisme! Mais il y a des techniques faciles à réaliser et ça vaut peut-être le coup de s’y pencher un peu :

* L’ÉCRITURE:

Le but de l’écriture est de vous permettre de changer le regard que vous posez sur vous, en tant que parent ou professionnel, et de vous permettre d’avoir une vision différente d’une situation jusqu’à trouver des solutions à un problème. L’écriture aide la prise de recul et à prendre conscience de ses qualités (en clair, booster la confiance en soi! ).

Avant de commencer, il faut vous interroger sur ce qui vous pèse. Ensuite, il s’agit d’écrire un mot positif ou une phrase courte en lien avec le/les difficultés. (Celle-ci doit  être tourner à la forme positive).

Son intérêt: Se rappeler que vous avez de la valeur,croire en vous-même. Créer de la motivation et de la persuasion.
Se protéger d’un tsunami émotionnel.
Penser que dans chaque situation difficile il y a toujours une porte de sortie.

Aller plus loin:
Chaque soir, notez-vous un moment positif de votre journée. Même si cela vous semble anodin. Lorsqu’un enfant fait une construction avec des legos, même les plus petites pièces ont leur importance. Ne l’oubliez pas!

 * LA MÉDITATION :

La méditation permet l’ancrage..
Le but étant de se reconnecter à soi en se libérant de certaines émotions et de schémas de pensées qui deviennent douloureux car trop négatifs.

Se reconnecter, c’est  être dans l’acceptation du moment présent. C’est s’enraciner.. Un peu comme si vous décidiez de mettre sur off votre cerveau . Du coup, si vous faites partis de ces gens qui se posent trop de questions, tout le temps, c’est très positif.
Moins de pensées négatives, pas de réactions hâtives, se sentir en sécurité, soulager son esprit et forcément son corps.. La médiation est très bon outil.

Comment faire ? Il faut être dans un espace de calme et dans lequel vous vous sentez bien. Cela peut être n’importe où… Dans votre salon, votre jardin, sur une chaise, un fauteuil…

Certains arrivent à faire de la méditation en courant, d’autres en écoutant de la musique. Il y en a qui marchent pieds nus dans l’herbe..

Quand on est dans un tourbillon de sensations négatives, cela permet de voir la /les situations sous un autre angle. Et je vous assure, que ça fonctionne bien!  Sur You Tube, il existe des petites vidéos si vous avez besoin d’aide. Il y a aussi des livres (méditer jour après jour de Christophe André par exemple). Puis, rien ne vous empêche, de faire appel à un professionnel qui pratique la méditation.


Combien de temps ? La régularité paye ! Au début, soyez régulier, car la méditation est un long travail. Ensuite quand vous maîtrisez la technique vous en faites quand vous en ressentez le besoin.

Et les enfants ? C’est une bonne technique pour accompagner l’enfant à reconnaître une émotion. Et donc d’y répondre.. Et donc de se détacher d’une situation qui peut parfois être négative.

* BOUGER :

Peu importe ce que vous choisissez mais bougez votre corps. Car en bougeant son corps, on s’occupe de son esprit.
Les activités physiques ont des points communs avec quelques spécificités propres à chacune. Le choix de l’une d’entre elles dépend de votre envie et votre condition.

Je vous propose 4 possibilités :
LE YOGA:
Il réduit le stress, améliore la respiration et le souffle, au delà du fait qu’il permet qu’il permet la pleine conscience, il permet de s’accorder de l’attention.
LA MARCHE/LA RANDONNÉE :
Elle améliore l’humeur, réduit le stress, améliore la consommation d’oxygène ce qui permet à la longue de mieux se sentir dans sa peau.. L’idéal est une marche quotidienne d’au moins 30 min.
LA COURSE À PIEDS :
Elle permet d’être dans un état de plénitude et d’apaisement, de se vider la tête. Elle permet de développer l’estime de soi, de se lancer des défis/objectifs, et booste la santé mentale.
LA DANSE:
Elle rend euphorique, permet d’être soi. Elle est bénéfique pour le psychisme: lien étroit entre le cerveau et le corps. Elle permet d’exprimer sa créativité (cette fameuse créativité qui nous aide à nous sortir de situations délicates..). La danse permet de se réapproprier son corps avec plaisir.

Et les enfants?
Dans les bons moments comme dans les mauvais, proposez leur de bouger! J’affectionne particulièrement la danse avec les enfants.. Dans des moments difficiles, ça rend de bonne humeur 😉

* MANGER ÉQUILIBRÉ :

Il ne s’agit absolument pas de régime mais plutôt de bien choisir ce que vous mettez dans votre assiette (et dans celles de vos enfants).

Le cerveau a besoin de certaines substances pour limiter, l’anxiété, la dépression, le stress, les pertes de mémoires.. Etc etc

Même si les recherches sont encore à affiner, il y a des preuves que l’alimentation joue sur l’humeur et le bien-être.  Vous connaissez cette expression « Esprit sain dans un corps sain » ? Quand on se sent bien dans son corps, on est plus disposé à affronter certaines difficultés.

Favorisez les fruits/légumes de saison, limitez les produits raffinés, tentez les fruits à coques, essayez le semi-complet/complet (si votre santé vous le permet). N’hésitez pas à mettre de la couleur dans les assiettes!
Mangez local, raisonné voire bio.
Essayez d’équilibrer en mangeant de tout.

Appréciez, savourez, dégustez… Bien-sûr que vous pouvez manger une pizza, boire un verre d’alcool, partagez un apéro avec des amis.. Mais les repas et les goûters composés uniquement de produits transformés, c’est pas génial pour votre mental et encore moins pour votre santé.

Et les enfants? 

Invitez-les dans votre cuisine de temps en temps! C’est chouette de faire à manger ensemble.. Vous ne savez pas faire à manger ? Prenez une recette simple et imagée.
Vous n’avez pas trop le temps? En êtes vous sûrs? Même le we? 😉

Et surtout, limitez les sucres raffinés, ça nourrit la surexcitation !! 🙏

Voila les 4 méthodes pour gagner en optimisme. Il y en a d’autres bien évidemment. Celles-ci ont l’avantage d’être accessibles… N’oubliez pas que gagner en optimisme permet de résoudre certaines difficultés avec vos enfants, de prendre plus de recul et d’avoir une image moins négative d’une situation. 

Françoise, éducatrice de jeunes enfants libérale

Laisser un commentaire